Numergy c’est fini

image_pdfimage_print

Après une mise sous procédure de sauvegarde le 13 octobre dernier, SFR vient de procéder au rachat de l’intégralité du capital de Numergy. Dans un communiqué de presse publié hier, Michel Combes, PDG de SFR déclare : « Ce rapprochement s’intègre à la stratégie Entreprise du groupe Altice dont l’une des priorités est de consolider l’ensemble de ses activités autour du Cloud, de l’IOT et des services managés. »

Il faut se rappeler le projet de Cloud souverain français (Andromède) émane d’un appel d’offres lancé en 2010 dans le cadre des « investissements d’avenir » et que pour des raisons essentiellement politiques, il a donné naissance à deux sociétés Cloudwatt et Numergy. La fin de Cloudwatt est actée depuis un an (rachat par Orange), c’est donc maintenant au tour de Numergy de subir le même sort. Mais pouvait-il en être autrement ?

Dans cette affaire de Cloud souverain beaucoup d’erreurs ont été commises. Celles du gouvernement français tout d’abord. On ne peut en effet que s’interroger :

  • Pourquoi financer deux startups concurrentes sur un même marché ?
  • Comment peut-on imaginer qu’avec un capital de 225 M€ non entièrement libéré, un nouvel entrant puisse rivaliser face à des géants américains déjà opérationnels et qui continuent leurs investissement à coup de milliards d’euros ?
  • Pourquoi n’y a-t-il eu aucune volonté politique pour instaurer une véritable dynamique Cloud auprès des administrations et collectivités locales à l’image du Cloud first Policy instauré aux états-unis ?
  • Pourquoi ne pas raisonner à l’échelle européenne avec des produits de sécurité exclusivement européens ou open source afin de revenir un tant soit peu vers la notion de souveraineté ?

Bien sûr Numergy a également commis des erreurs sur le plan commercial, marketing et technologique mais dans un contexte pareil, comment leur en vouloir ? Qui aimerait travailler dans une société dans laquelle les 3 principaux actionnaires ne s’entendent pas, n’ont pas les mêmes intérêts ni les mêmes objectifs et n’ont pas la même vision stratégique du business ?

Pourtant en matière de sécurité, Numergy avait fait beaucoup d’effort. On peut citer par exemple :

  • Une excellente redondance via 5 datacenters Tier 3 situés en France,
  • Une offfe « Numergy Santé » agrée officiellement par l’état en tant qu’hébergeur de données de santé (HDS),
  • Une certification ISO 27001:2013 délivrée par le BSI,
  • Une certification CSA STAR Silver délivrée également par le BSI.

Comme quoi dans le Cloud, la sécurité est une condition nécessaire (et même indispensable) mais pas suffisante pour s’imposer sur le marché. Le rachat de Numergy signe ainsi la fin des ambitions de l’Etat français dans son projet de Cloud souverain. Reste maintenant à savoir ce que le groupe Altice va faire de cette activité Cloud.

Laisser un commentaire